A propos de l'habitat bioclimatique

Ce sont des maisons à faibles besoins en énergie. Ici dans la région Nord-Pas de Calais, en confort d’hiver, nous pouvons réduire fortement les besoins en énergie par une isolation thermique renforcée et les besoins restants peuvent être couverts par des apports solaires d’une grande serre au sud par exemple.
Mais sur-isoler est efficace si l'architecture du bâtiment le permet, car il ne s’agit pas de compenser les surfaces déperditives par l’isolation. C’est pourquoi avant de lancer les travaux, j'investis du temps dans la conception, pour un confort maximal, de grandes économies à l'usage (entretien et énergie) et le respect de l’environnement.
Tous les terrains constructibles ne proposent pas la meilleure orientation afin d’ouvrir la maison aux courses du soleil. Là aussi une bonne conception architecturale préalable, permet d’optimiser l’habitat, et dans toutes les circonstances.
Penser habitat bioclimatique c’est aussi maîtriser les coûts d'exploitation et d'entretien. Autrement dit, on investit un peu plus lors de la construction pour faire des économies ensuite.
La différence fondamentale avec l'habitat de « grande consommation » est la connaissance et l'utilisation optimale des matériaux et des énergies au service de l'esthétique et du confort.
L’architecture que je propose procède d’une chronologie qui intègre les éléments du programme au site, au climat, dans un bâtiment sur mesure, avec tous moyens cohérents pour assurer le confort, qu’ils soient biologiques ou issus des dernières technologies, voire des deux.

Samuel Juzac architecte dplg

(diplômé par le gouvernement)

© 2012 by Samuel Juzac